Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le grenier de mon Moulins

Histoire de Moulins (Allier) et anecdotes anciennes

1939, recensement des pigeons-voyageurs à Moulins comme ailleurs

Publié le 8 Mai 2013 par Louisdelallier

Mi-septembre 1939, la guerre est déclarée depuis près de deux semaines.

Le préfet de l’Allier Adam porte à la connaissance du public les prescriptions relatives à la mobilisation des pigeons-voyageurs. Dans chaque commune, auront lieu le recensement et le contremarquage des pigeons-voyageurs. Chaque propriétaire a l’obligation de déclarer en mairie les pigeons en sa possession. Ceux-ci seront marqués sur l’aile avec le cachet de la mairie de la localité dans laquelle se trouve le colombier. Il est rappelé aux propriétaires que les pigeons-voyageurs ne doivent plus sortir de leur colombier. Sont concernés les éleveurs isolés comme les sociétés colombophiles qui possèdent des pigeons-voyageurs. Les instructions de marquage données par les maires doivent être strictement suivies.

La déclaration doit comprendre le nombre de pigeons-voyageurs élevés ainsi que les directions dans lesquelles ils sont entraînés.

En remettant leurs déclarations, les éleveurs doivent soumettre au visa du maire le carnet du colombier dont la tenue est prescrite par la loi. Les intéressés doivent remplir ces formalités sans délai, sous peine d’encourir les sanctions pénales édictées par la loi du 18 février 1927.

Conformément aux instructions données par le ministre de l’intérieur, les maires établissent les listes nominatives et les adressent aux préfets qui les centralisent et les transmettent au général commandant la région d’urgence.

Il est rappelé que nul ne peut ouvrir un colombier de pigeons-voyageurs sans y avoir été autorisé par le préfet et être affilié à une société colombophile, elle-même affiliée à la fédération nationale (décret-loi du 30 octobre 1935).

Pour le recensement prévu, la publication par affiche est la seule obligatoire. Par conséquent, les propriétaires sont prévenus que ceux qui ne feraient pas la déclaration prescrite immédiatement ne pourraient prétexter le manque d’autres formes d’information.

L’avis du préfet est affiché à la porte des mairies, mais aussi dans chacun des groupes d’habitations les plus importants ou les plus éloignés du centre de la commune.

Source Le Progrès de l'Allier (septembre 1939)

Source Internet

Source Internet

Au cours des guerres, les pigeons furent un moyen très fiable de transmission de l’information. Pour former un bon messager, il fallait environ huit semaines à partir de l’éclosion de l’œuf. Au début, le pigeon portait son message dans une petite capsule fixée à une patte. Puis, les colombophiles militaires ont commencé à attacher une plus grande capsule pour transporter une charge plus importante comme des cartes, des photos ou des rapports détaillés. Comme les pigeons atteignaient presque toujours leur destination, les messages étaient codés à moins d’un pour cent. Les soldats parachutistes portaient un gilet spécial qui leur permettait de garder un pigeon sur la poitrine ou sur le côté. Sur le sol, le parachutiste pouvait porter le pigeon sur le dos. La Royal Air Force britannique a calculé qu'un septième de ses membres d'équipage secourus après un amerrissage forcé devait la vie à un message envoyé par un pigeon voyageur.

Le premier parachutiste pigeon était un mâle nommé Thunderbird. Il fut le premier pigeon à atteindre les dix sauts avec un parachutiste. Le colonel James Coutts de l’école de parachutisme de Fort Benning lui a remis une décoration sous la forme d’une paire d’ailes miniatures.

Les pigeons voyageurs furent nombreux à recevoir une citation de l’armée pour services rendus.

Parmi eux :
Pigeon n° 21610 : a rapporté 38 microfilms au travers de la mer du Nord, alors qu'il était au service de la R.A.F. au-dessus des Pays-Bas. Revint parfois blessé à son colombier.
Pigeon n° 36392 : a rapporté trois fois de très importants messages à partir des territoires occupés par l'ennemi et notamment en mai 1943 (Amiens), en février (opérations combinées) et en juin 1944 (maquis français).
Pigeon n° WD 593 : a apporté d'importantes informations depuis l'île de Crête à Alexandrie sur une distance de 500 miles, (805 km).
Pigeon n° SBC219 : a été le premier pigeon à regagner son colombier après avoir été parachuté dans les lignes allemandes le jour « J », A volé dans des conditions très difficiles après avoir été enfermé pendant cinq jours, dans un minuscule conteneur.

source http://www.americainwwii.com/articles/pigeons-of-war/

A la fin de l'année 2012, le cadavre d'un pigeon voyageur, vétéran de la second guerre mondiale a été retrouvé en Angletrre à Betchingley dans le comté de Surrey. Une capsule accrochée à l'une de ses pattes contenait un message.

http://www.rue89.com/2012/11/24/saurez-vous-dechiffrer-le-message-du-pigeon-voyageur-anglais-237300

Louis Delallier

P.S. Les studios britanniques Vanguard ont sorti en 2005 un film d'animation Vaillant, pigeon de combat qui relate de façon humoristique et sensible les aventures de ces oiseaux hors du commun.

Commenter cet article

magnetix 29/05/2014 13:45

Carrier pigeons were the only means of fast communication at the old times and they have served the purposes of humans in a significant way. It is interesting to read that a census for knowing out their population was carried out and I assume it was an effective one.