Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le grenier de mon Moulins

Histoire de Moulins (Allier) et anecdotes anciennes

Caisse d’épargne

Publié le 28 Décembre 2013 par Louisdelallier

L’idée des caisses d’épargne remonte au XVIIIe siècle. Il s’agissait de protéger et de rémunérer l’épargne des salariés tout en la mettant au service du pays. La première caisse d’épargne et de prévoyance est créée à Paris en 1818 sur ordonnance de Louis XVIII.

Entre 1819 et 1823, la province emboîte le pas à Paris. Des caisses d’épargne voient le jour à Bordeaux, Rouen, Marseille, Nantes, Brest, Metz, le Havre, Lyon, Troyes, Reims etc. De 1830 à 1834, cinquante et une nouvelles banques sont créées à leur tour. En 1835, une ordonnance de Louis-Philippe organise leur fonctionnement suite à un rapport du ministre secrétaire d’Etat au Commerce.

Le 22 avril 1834, le conseil municipal de Moulins exprime le vœu qu’une Caisse d’épargne et de prévoyance soit installée à Moulins. Il vote la somme nécessaire à son administration pendant les quatre premières années. Le conseil général attribue lui aussi une subvention.

La caisse d’épargne et de prévoyance de Moulins est fondée le 14 juin 1835 par 80 habitants de la ville pour 99 ans. Son premier président est Guillaume Grandpré. De 1835 à 1869, la Caisse d’épargne tient ses séances à l’hôtel de ville dans un local mis à sa disposition par la municipalité.

Les noms des 10 premiers déposants sont parvenus jusqu’à nous. Il s’agit de :

Léonard Pierre-Dor, capitaine retraité, 26 rue des Potiers, 69 ans

Mathieu Bouillet, garçon limonadier, cours Doujat (cours Anatole-France), 25 ans

Denis Hypolite, fabricant de bas, 6 rue des Grenouilles, 37 ans

Maria Patisot, rue des Augustins (rue Michel-de-l’Hospital), 9 ans

Louis Auguste Patisot, rue des Augustins (rue Michel-de-l’Hospital), 15 ans

Louis Desbatiste, garçon de café, cours Daquin (cours Jean-Jaurès), 14 ans

Pierre Gabriel Guillaume Grandpré, cours Doujat (cours Anatole-France), 9 ans

Dumas, frotteur (de parquets ?), rue Saint-Pierre (rue Voltaire), 45 ans

Antoine Cordez, place de la bibliothèque (place Marx-Dormoy), 4 ans.

Le 18 avril 1869, la Caisse d’épargne déménage pour un immeuble situé place de l’Hôtel de ville et rue des Marmousets (rue de l’épargne). Le public y est reçu deux jours par semaine entre midi et 15 heures, un jour pour les versements, un autre pour les remboursements. La salle restée libre les trois autres jours de la semaine est louée à la Société d’agriculture qui y tient ses séances ou à la succursale de la banque de France de Nevers. La banque de France de Moulins ne s’installe place de la République que le 1er juin 1875 où elle se trouve encore.

C’est sur l’emplacement de l’immeuble de la rue de l’épargne, autrefois hôtel Préveraud puis hôtel Michel, qu’est construit l’hôtel actuel sous la direction de René Moreau architecte. La première pierre est posée en juin 1898. Pendant les travaux, la Caisse s’installe 3 rue de Paris chez Monsieur Delvaux directeur. Les locaux sont bénis le 15 mai 1900 et sont ouverts au public le 20 mai. L’inauguration officielle a lieu le 12 décembre suivant.

Les journaux de l’époque reprochent au conseil des directeurs d’avoir rendu impossible le percement d’une rue allant de la rue d’Allier à la place de l’Hôtel de ville en prolongement de la rue Girodeau. Cette accusation est fausse. En effet, avant d’établir les plans du nouvel immeuble, la Caisse d’épargne avait proposé au conseil municipal le percement de la rue réclamée par la population depuis plusieurs années. Le terrain nécessaire avait même été offert. L’hôtel de la Caisse d’épargne aurait été construit parallèlement à la nouvelle rue. La municipalité a refusé.

Quelques années avant la deuxième guerre, la Caisse d’épargne a édifié dans ses jardins un nouvel immeuble pour étendre ses services.

Il est à noter qu’une pierre retirée de l’un des immeubles démolis pour la construction de la caisse d’épargne a été encastrée dans la façade qui n’est pas visible de la rue. Elle porte l’inscription Deus providebit (Dieu y pourvoira).

Louis Delallier

Caisse d’épargne
Commenter cet article