Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le grenier de mon Moulins

Histoire de Moulins (Allier) et anecdotes anciennes

Rien de nouveau sous le soleil : escroqueries en tout genre (2)

Publié le 26 Novembre 2014 par Louisdelallier

Voici quatre exemples supplémentaires de 1900 à 1938 montrant comme les quatre premiers que les filouteries traversent les époques avec constance.

1900

Décembre, après Paris, la mode des « boules de neige » arrive dans l’Allier. Quelqu’un achète à un commerçant six billets pour six francs et cherche à placer dans son entourage cinq des six billets. Le commerçant lui remet un objet d’une valeur de 15 à 20 francs, seulement lorsque les cinq personnes qui ont acheté chacune un billet sont venues acheter chez lui cinq billets chacune, soit un encaissement total pour lui de 31 francs. La première personne a fait une très bonne affaire puisque pour 1 franc elle a obtenu un article d’une valeur de 15 ou 20 francs. Mais les suivants auront du mal à placer leurs billets et en seront pour leurs frais.

1906

Un fumiste moulinois (!) reçoit en juillet une lettre d’un homme emprisonné en Espagne pour faillite. Celui-ci demande de l’aide pour retirer dans une gare une malle pleine de 800 000 francs. Il explique son cas et surtout qu’un tiers de la somme reviendra à son sauveteur. La réponse doit être envoyée exclusivement par dépêche à son serviteur Augustin Gomez à Madrid.

1912

Février, un filou à bicyclette s’en prend aux coquetiers moulinois au marché couvert. Il leur demande la monnaie de 20 francs ou mieux de 50 francs. La plupart du temps, on accepte. Le « sollicité » prépare alors la monnaie après avoir vu le cycliste sortir le billet de son portefeuille pour l’échange. Mais, les choses s’emballent quand le cycliste attrape la monnaie et s’enfuit à toute vitesse en gardant son billet…

1938

Mars, trois personnes (un homme et deux femmes) se prétendant représentantes d’une grande maison parisienne de « blanc » montrent leur marchandise à ceux qui ont bien voulu leur ouvrir leur porte. Ensuite, ils offrent des lots de serviettes, toiles etc. En cas de refus du client potentiel, ils proposent de laisser le linge en dépôt.

Quelques jours plus tard, une traite arrive d’un montant bien plus élevé que la valeur de la marchandise déposée. Beaucoup des escroqués choisissent de payer plutôt que de se lancer dans une procédure longue et hasardeuse.

Louis Delallier

Commenter cet article