Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le grenier de mon Moulins

Histoire de Moulins (Allier) et anecdotes anciennes

1909, une fête de la musique avant l’heure à Moulins

Publié le 21 Juin 2015 par Louisdelallier

Moulins va vivre trois jours d’effervescence musicale en cette fin mai 1909. Au moins 25 000 personnes vont faire le déplacement pour assister au concours de musique moulinois.

Le samedi 29 mai à 17h 30, de jeunes bourbonnaises et bourbonnais en costume local accueillent avec des fleurs les arrivants du jour, parmi ceux-ci les représentants, hommes et femmes, de la manufacture de Saint-Étienne.

Le cortège part de la gare au son de la Lyre moulinoise et se dirige vers la mairie pour une réception. À 21 heures, les sociétés musicales de Saint-Étienne donnent un concert devant une salle comble.

Le lendemain, jour de Pentecôte, dans tout Moulins la musique est à la fête. Verdure, fleurs, drapeaux, arcs de triomphe ont transformé l’aspect de la ville. Dès le matin, au moins 5 000 voyageurs sont descendus du train.

À 9 heures, les épreuves du concours débutent. Le théâtre municipal, le palais de justice et la salle des syndicats rue du Pont-Ginguet servent de cadre au « concours de lecture à vue et d’exécution » pour les chorales féminines, les chorales mixtes et les orphéons. Les harmonies, fanfares, trompettes, trompes de chasse, fifres, tambours et clairons, vielles et musettes sont répartis pour concourir à l’école primaire supérieure de la rue de Lyon, l’école maternelle et l’école de garçons de la rue des grèves, l’école de la rue Louis-Blanc, l’école maternelle du boulevard de Courtais, l’école de filles rue des Garceaux, l’école de la rue Achille-Roche, l’école maternelle de la rue des Ormes, l’école primaire supérieure de la rue Jean-Jacques-Rousseau, cour du petit lycée au Lycée Banville et la salle du gymnase municipal.

À l’issue du concours vers 11 heures, se tient le congrès de la fédération musicale de l’Allier en séance privée. A 12h 48, une foule endimanchée s’empresse à la gare pour voir arriver les musiciens de la Garde républicaine et leur chef Gabriel Parès qui se produisent vers 15 h 30 dans la cour du lycée Banville.

Et, à 16 heures, les rues retrouvent leur animation musicale avec le défilé de toutes les sociétés de musique participantes soit près de 60 groupes provenant de toute la France. On se rassemble avenue d’Orvilliers et on se met en marche à travers la ville. Il convient d’avoir du souffle car le parcours est très long avant de rejoindre la place d’Allier.

Parcours du cortège dans Moulins : Rue Régemortes, rue Blaise-Pascal, place d’Allier, rue Laussedat, rue Gambetta, rue des Couteliers, rue de Lyon, boulevard de Courtais, avenue Général-Leclerc, rue Bréchimbault, rue de la Flèche, rue de l’Horloge, place de l’Hôtel-de-ville, rue François-Péron, rue de Paris, cours de la préfecture (actuel Anatole France), rue Michel-de-l’Hospital, place du Jeu-de-Paume, rue du Jeu-de-Paume, rue des Potiers, rue de Bourgogne, rue d’Allier, place d’Allier.

Parcours du cortège dans Moulins : Rue Régemortes, rue Blaise-Pascal, place d’Allier, rue Laussedat, rue Gambetta, rue des Couteliers, rue de Lyon, boulevard de Courtais, avenue Général-Leclerc, rue Bréchimbault, rue de la Flèche, rue de l’Horloge, place de l’Hôtel-de-ville, rue François-Péron, rue de Paris, cours de la préfecture (actuel Anatole France), rue Michel-de-l’Hospital, place du Jeu-de-Paume, rue du Jeu-de-Paume, rue des Potiers, rue de Bourgogne, rue d’Allier, place d’Allier.

Le maire et ses conseillers attendent le passage du cortège sur le perron de la mairie. Chaque société se voit remettre une médaille commémorative.

Dès 18h 30, à l’hôtel de Paris, le comité d’organisation offre un banquet au jury composé de 53 membres éminents dont les compositeurs bourbonnais André Messager, alors directeur de l’Opéra de Paris, et Louis Ganne. Puis, la fête de la musique reprend. De 20 heures à 22 heures, plusieurs concerts sont donnés à différents endroits de la ville. La foule est toujours nombreuse et enthousiaste. Les rues, les places, les maisons particulières, les monuments, sont illuminés. Les commerçants ont fait de gros efforts pour se mettre au diapason de l’évènement. On rapporte que le coup d’œil est féérique.

Le troisième jour, lundi 31 mai, est encore un jour de réjouissance. Dans la cour du lycée Banville à 15h 30, la Garde républicaine joue Wagner, Saint-Saëns, Weber, Messager, Berlioz, Parès. À 20h 30, c’est le deuxième et dernier concert de cette grandiose célébration de la musique. Cette fois, Ganne, Lacombe, Bizet et, à nouveau, Parès sont mis à l’honneur. Plus de 1 000 personnes se sont déplacées. Les chaises manquent. A 22 heures, La Marseillaise retentit et l’assistance est debout.

Louis Delallier

Commenter cet article