Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le grenier de mon Moulins

Histoire de Moulins (Allier) et anecdotes anciennes

Des montreurs d’ours venus d’ailleurs

Publié le 17 Novembre 2016 par Louisdelallier

Un exemple à Luchon

Un exemple à Luchon

Février 1901, un campement de nomades est établi route de Paris. Ses habitants sont accompagnés d’ours qu’ils montrent aux passants et à qui ils font réaliser quelques tours. Ce jour-là, ils se sont égaillés dans les chemins d’Avermes pour trouver du public. L’un d’eux tombe nez à nez avec le garde-champêtre qui exige de voir ses papiers. Mais le bohémien refuse avec véhémence et grossièrement. Il s’en retourne aussitôt auprès de ses compagnons qu’il prévient en criant dès qu’il est à portée de voix.

Les gens du voisinage, de Chavennes et des Groitiers, entendant le bruit accourent et s’interposent pour éviter que le groupe ne prenne la poudre d’escampette. Le garde-champêtre, qui veut consevrer un œil sur tout son monde, ordonne à un épicier ambulant en voiture, qui a terminé  sa tournée, de prévenir la gendarmerie, laquelle arrive rapidement sur les lieux.

Lazare, 18 ans originaire de Serbie, est arrêté et conduit à la Mal-Coiffée, prison moulinoise, où il reste deux jours avant d’être jugé par le tribunal correctionnel pour outrage à un garde-champêtre. On découvre alors qu’il s’exprime dans un très bon français et même en argot. Il explique avoir dit seulement « ah ! m…ince alors » se sachant en défaut de papiers.

Le garde-champêtre fait état des injures qui lui ont été adressées. C’est pourquoi, Lazare passera six jours en prison. Ce ne sera pas davantage grâce à la plaidoirie de maître Guy-Coquille qui met en avant un argument choc : l’ours n’obéit qu’à son maître et il est donc préférable de ne pas l’en séparer trop longtemps.

Louis Delallier

Commenter cet article