Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le grenier de mon Moulins

Histoire de Moulins (Allier) et anecdotes anciennes

Un voleur aux intérêts multiples

Publié le 10 Janvier 2017 par Louisdelallier

Il se prénomme Robert et vit rue du Rivage à Moulins chez une « amie ». C’est un cuisinier de 42 ans qui nous vient de Narbonne. Les inspecteurs de police en service, ce dimanche 18 mai 1947, lui mettent la main dessus à l’hôtel des Provinces, 18 rue Régemortes. Il a été libéré de la Mal-Coiffée, prison moulinoise, le 9 avril. Et il n’a pas perdu son temps. Il choisit en priorité les voitures en stationnement et les couloirs d’immeubles mais il ne dédaigne pas, bien au contraire, les abords du marché couvert et les fermes des environs.

Le 10 avril, dans un immeuble du 10 de la rue Diderot, il s’empare d’un sac à provisions contenant un blouson et une montre (retrouvée au cours de la perquisition).

le 15 avril, une habitante de le rue Denis-Papin à Yzeure venue à bicyclette à la mairie de Moulins doit rentrer à pied chez elle. Robert Antoine est passé par là. On retrouve le vélo rue des Couteliers.

Le 22 avril, il vole un autre sac à provisions contenant 300 francs et du papier à lettres dans le couloir de l’immeuble du Cadastre, rue Delorme,

Le vendredi 9 mai, il dérobe 7 douzaines d’œufs et leur panier chez des cultivateurs de Chemilly. Le même jour, un mécanicien de Neuvy constate la disparition d’un chevreau et de légumes.

Le 12 mai, il repart d’une ferme de Saint-Menoux avec un panier et 9 douzaines d’œufs.

Les déplacements ne lui font pas peur, car le 18 mai, il est à Toulon où il vole un panier contenant 10 douzaines d’œufs et 1 kilo de sucre.

A une date inconnue, il s’est introduit dans un couloir au 15 rue Voltaire où il vole 3 kilos de sucre et 7 pelotes de laine dans une voiture d’enfant.

Pour écouler les œufs, il a tout naturellement loué une place au marché couvert où il vend au beau milieu de ses « collègues » fermières.

Les policiers ont fait la liste des objets volés dont il ne s’était pas encore débarrassé et font appel aux témoignages de victimes qui n’ont pas porté plainte :

Une pièce de toile de 15 mètres - 14 pelotes de laine - Des mouchoirs - Une casquette - Un béret - 2 cravates - Un sac de voyage (dérobé à l’arrêt des cars de la rue de la Batterie) - 2 chemises - Un livre de messe.

Notre homme insatiable compte déjà 4 condamnations pour vols dont deux à deux ans d’emprisonnement. Condamné à 2 ans de prison et à la relégation, il fait appel, mais la cour d’appel de Riom confirme le premier jugement. Deux de ses complices recéleuses bénéficient d’un sursis et la troisième est acquittée.

 

Louis Delallier

Commenter cet article