Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le grenier de mon Moulins

Histoire de Moulins (Allier) et anecdotes anciennes

Des Moulinois de la Madeleine victimes de la catastrophe de Courrières, le 10 mars 1906

Publié le 14 Juin 2017 par Louisdelallier

Des Moulinois de la Madeleine victimes de la catastrophe de Courrières, le 10 mars 1906

La catastrophe de Courrières est considérée comme la plus importante catastrophe minière  d'Europe. Cette explosion dans une des mines de charbon de la Compagnie des mines de Courrières près de Lens dans le Pas-de-Calais tue, officiellement, 1 099 ouvriers, le samedi 10 mars 1906. Un coup de grisou suivi d'un coup de poussier dévaste 110 kilomètres de galeries dans les fosses 2 de Billy-Montigny, 3 de Méricourt et 4-11 de Sallaumines. Des mineurs allemands volontaires vont participer au sauvetage. Ils sont les seuls à être équipés de masques à oxygène. Ce jour-là, il y avait quelque 1 800 mineurs en bas sans compter les travailleurs irréguliers.

 

Vingt jours après l’accident, treize rescapés1 retrouvent miraculeusement la sortie après avoir vécu un cauchemar éveillé. Un quatorzième est sauvé quatre jours plus tard.

 

Parmi les victimes, on compte les frères Schumann, Eugène, 22 ans, et Marcel, 20 ans, habitants dans les corons de Méricourt. L’aîné travaillait depuis 3 ans à la mine, son jeune frère depuis six mois seulement. Eugène avait épousé Rosalie au mois de décembre précédent. Les parents, domiciliés rue du Chambon dans le quartier de la Madeleine à Moulins, apprennent la nouvelle par Gabriel, un autre de leurs 10 enfants (sur les 16 qu’ils ont eus), employé lui aussi par la Compagnie.

 

Il faisait partie de l’équipe montante de la fosse 3 de Méricourt, revenue à l’extérieur le samedi matin vers 6 heures, alors que ses deux frères étaient dans l’équipe descendante. Il écrit ces quelques lignes alarmantes :

 

« Marcel et Eugène sont dans la fosse où le feu a pris. Il y a là avec eux 1 400 autres ouvriers. On a peu d’espoir de les sauver. Je porte grand-peine. C’est un coup de grisou qui a amené la catastrophe ».

 

Puis, suivra un télégramme confirmant laconiquement les pires craintes :   « Eugène, Marcel morts ».

 

Les malheureux parents partent dès réception à Courrières. Ils en reviennent encore plus désespérés de n’avoir pas pu voir les corps de leurs fils qui n’ont pas été formellement identifiés. La douleur sera ravivée vingt jours après quand ils apprendront que Marcel a fait partie du groupe des 13 rescapés pendant 18 jours avant de succomber. Plusieurs familles de l’Allier sont aussi très durement touchées, car trente autres mineurs originaires de notre département ont péri dans l’une ou l’autre des trois fosses. La famille Simonin de Montvicq, notamment, a perdu Gilbert 42 ans, le père, Aimé, 16 ans, et Jean, 19 ans, les fils.

 

De toute la France et d’Europe, les aides pécuniaires affluent pour tenter de soulager, s’il est possible, la détresse des familles des victimes. Le journal Le Courrier de l’Allier lance un appel aux conseils municipaux de l’Allier pour qu’ils votent des secours. Cet appel est entendu car le Préfet écrit à tous les maires du département en ce sens.

Des souscriptions locales reçoivent :

16 francs des patrons et ouvriers de la fonderie Raisin et Charmot (située rue des Garceaux et avenue Alsace-Lorraine)

100 francs de la part de monseigneur Dubourg, évêque de Moulins

100 francs des avocats de Moulins

300 francs du comité de Moulins de l’Union des Femmes de France

33,30 francs des employés et ouvriers de la tannerie Sorrel frères

33,50 francs du personnel de l’octroi

25 francs de l’association fraternelle des anciens élèves de l’école normale

26,25 des patrons et ouvriers bouchers tripiers, charcutiers, personnel de l’abattoir

100 francs du tribunal

63,35 francs de l’union fédérative des syndicats des ouvriers des deux circonscriptions de Moulins

41,25 francs du personnel des bureaux, de la police et des services techniques municipaux

100 francs, produit de la quête aux deux bals des entrepreneurs et du commerce

35 francs du bal en faveur des victimes

200 francs de la quête parmi les élèves et les professeurs de la pension Place au cours d’une audition musicale

1 000 francs du conseil municipal de Moulins, votés à l’unanimité

170 francs de ses membres

40,60 francs après un concert de la Lyre moulinoise

 

La Banque de France et toutes ses succursales, ainsi que les agences du Crédit Lyonnais de Moulins, Vichy et Montluçon perçoivent les dons, sans frais.

Des artistes donnent des spectacles pour récolter des fonds. L’émotion et la douleur immenses seront vite rejointes par la colère. Fin mars, près de 40 000 mineurs dénonceront leurs conditions de travail et la course au profit menée par leurs patrons. Ce drame et la façon dont la Compagnie y a fait face (surtout préoccupée de sauver les infrastructures2) provoquent une crise politique suivie de ce mouvement social, lesquels conduiront à l’instauration du repos hebdomadaire.

 

 

Louis Delallier

 

1 C’est à l’occasion de cette tragédie que le mot rescapé est passé dans le langage courant. En picard, échappé se dit escapé, devenu rescapé, mot que les journalistes ont utilisé tant et plus lorsque les quatorze miraculés ont refait surface.

 

2 Jean-Jaurès dans L'Humanité, alla jusqu'à poser cette question : « Et serait-il vrai que, par une funeste erreur, ceux qui dirigeaient les sauvetages, croyant qu'il n'y avait plus en effet d'existence humaine à sauver, se sont préoccupés plus de la mine que des hommes ? »

Commenter cet article