Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le grenier de mon Moulins

Histoire de Moulins (Allier) et anecdotes anciennes

Kermesse moulinoise pour les « revenants », dimanche 26 août 1945

Publié le 8 Septembre 2019 par Louisdelallier in Guerre 39-45, Fêtes

Entrée Lycée Banville cours Vincent-d'Indy

Entrée Lycée Banville cours Vincent-d'Indy

Cette fois, la guerre est bien finie. Depuis plusieurs mois, les journaux égrènent les noms des prisonniers de retour chez eux. Une fois le bonheur des retrouvailles passé, les soldats et civils libérés doivent se réadapter à la liberté et à la vie civile, retrouver leur place d’avant-guerre. Les familles doivent réapprendre à vivre avec eux. Il faudra du temps encore pour que les habitudes reviennent, que les projets d’avenir prennent le pas sur les souvenirs douloureux.

En attendant, un comité de la kermesse du retour voit le jour avec comme présidents d’honneur, le préfet de l’Allier et le maire de Moulins, Henri Gromolard. Ses présidents sont   messieurs Bardot, président de la Croix-Rouge française, Soucachet, président de l’Entr’aide française et Jacques Dussourd, président des prisonniers et les vice-présidents messieurs Fauville et Fulchiron. Deux trésoriers messieurs Paquier et Saunier (adjoint) et un secrétaire, monsieur Bernard sont désignés. Les commissaires généraux sont messieurs Biquet* et Roy.

Voilà une association de gens sérieux et de poids pour un évènement qui n’en manquera pas non plus.

Le comité permanent des fêtes moulinois, présidé par monsieur Despérier, est chargé de l’organisation. Messieurs Plumet, Durantin, Olivier, Schmitt, Chatron, Merlet, et bien d’autres avec lesquels il a l’habitude de travailler ont répondu favorablement à son appel.

D’autres noms apparaissent au fur et à mesure des préparatifs : commandant Mignot, messieurs Martin, Laval, Boule, Pasturel, Bruhnes de la Cour de justice, Meyzonnade, secrétaire général de la mairie de Moulins, madame Rivière, conseillère municipale.

Cette fête doit non seulement marquer le retour des survivants, mais aussi rapporter un peu d’argent pour les trois œuvres caritatives que sont la Croix-Rouge française, l’Entr’aide française, l’association des prisonniers et déportés de Moulins.

Toute bonne manifestation moulinoise se doit d’être accompagnée par la Lyre moulinoise et la fanfare yzeurienne. Elles font donc partie du défilé aux côtés de l’Étoile moulinoise, du F.C.M., de la Bourbonnaise, de la société de tir, de l’Épée moulinoise, du rallye des cors bourbonnais, de la Jeanne d’Arc des Bataillots, de la jeunesse indépendante chrétienne, de la jeunesse ouvrière chrétienne, des éclaireurs de France, des équipes de secouristes, des petits Lorrains en colonie à Moulins, des pâtissiers, des confiseurs, etc.

Tous se rassemblent à 14h 30 dans la cour de la gare des voyageurs pour gagner l’avenue Théodore de Banville, les rues du 4-Septembre, des Couteliers, de la Flèche, d’Allier, la place d’Allier, la rue Mathieu-de-Dombasle, la place aux Foires, le cours de Bercy et la cour du lycée Banville où sont concentrées les festivités.

Sur une vaste piste parquetée, un bal mené par l’orchestre Cri-Cri qui semble être une référence en la matière ne s’interrompra qu’entre 19 et 21 heures. Les danseurs pourront se restaurer au buffet garni tenu par des jeunes filles et jeunes gens costumés en Bourbonnais.

Et chacun trouve son compte dans les multiples amusements installés sous les frondaisons du lycée :

Concours de tir à la carabine organisé par la société de tir avec prix nombreux dont une bouteille d’Armagnac,

Tombola d’eau de Cologne et parfums, quelques centaines de flacons, tenue par les jeunes files de la J.O.C.,

Jeu des anneaux avec bouteilles d’excellent vin en guise de lots,

Loterie offrant plus de 200 volailles,

Balançoires,

Manèges pour tous les âges,

Jeu du pass-ball,

Jeu d’adresse pour gagner tabac ou cigarettes,

Jeu de fléchettes par les jeunes de la Croix-Rouge avec lots,

Four magique d’où on pourra retirer tout cuit un cadeau ou une surprise humoristique réalisés par l’Entr’aide française,

Jeu de ballon confié au Football club moulinois avec bonnes bouteilles,

Jeu de massacre moderne,

Tombola ambulante,

Lapinodrome organisé par les jeunes Vosgiens permettant de remporter de la vaisselle,

Pêche à la ligne organisée par la Jeanne d’Arc des Bataillots avec nombreux lots,

Le plus petit homme au monde présenté par les jeunes Vosgiens,

Graphologue diseuse de bonne aventure,

Vente aux enchères d’articles rares comme des vins, liqueurs, chaussures, bas de femme, chaussettes à petit prix,

Curiosités présentées par Tartarin l’explorateur,

Vente d’aquarelles et de pastels d’amateurs.

Guignol et Gnafron se donnent en spectacle à partir de 15 heures. Pour les amateurs de sonneries, le rallye des cors bourbonnais se produit en un petit concert.

La fête de nuit et son bal champêtre aux flambeaux et son buffet séduit un grand nombre de spectateurs. Il faut dire que les bénévoles n’ont pas ménagé leurs efforts pour concocter une soirée de cirque-music-hall digne de la cause du jour. Clowns, culture physique orientale, combats de jiu-jitsu, assauts d’armes, jongleurs, travail de force, prestidigitateur, présentation d’arts pour les jeunes filles ont été savamment orchestrés par le personnel de la Croix-Rouge. Des artistes, amateurs locaux, de l’Etoile et de l’Epée moulinoises, de la Bourbonnaise et des Routiers indochinois font preuve de tous leurs talents.

Les « revenants » qui se seront déplacés auront ainsi pu passer un après-midi dans la futilité apparente et l’insouciance de la fête.

 

Louis Delallier

 

*Georges Biquet est le fondateur du comité Bourbonnais-Lorraine (voir mon article sur la place des Vosges).

 

Commenter cet article