Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le grenier de mon Moulins

Histoire de Moulins (Allier) et anecdotes anciennes

Biscuits caséinés, bonbons et dragées vitaminés

Publié le 3 Février 2013 par Louisdelallier

Suite à une décision du mois d’octobre 1941, dans la France occupée, le Secours national distribue des biscuits caséinés aux jeunes de 6 à 18 ans et prend en charge toutes les opérations qui ont lieu vingt jours par mois. La répartition est la suivante :

2 biscuits de 6 à 10 ans

4 biscuits de 10 à 14 ans

6 biscuits de 14 à 16 ans

8 biscuits de 16 à 18 ans.

Le Secours national, dans sa propagande, détaille la valeur nutritive et la qualité gustative de ces biscuits. Il les dit agréables à croquer et apportant aux jeunes consommateurs un complément alimentaire azoté d’une richesse incontestable qui fait ses preuves et contribue à maintenir en équilibre la santé des enfants et assure leur développement. Ces biscuits sont composés de farine, de caséine lactique, riche en azote, de matières grasses sous forme de margarine, de sucre. Leur appoint alimentaire mensuel évalué à :

300 g de viande et 100 g de sucre pour les enfants de 6 à 10 ans

600 g de viande, 1 kg de pain et 200 g de sucre pour les enfants de 10 à 14 ans

900 g de viande, 1 kg 500 de pain et 300 g de sucre pour les jeunes de 14 à 18 ans.

Cette distribution complète celle destinée aux femmes pendant et après leur grossesse et aux enfants de moins de 6ans au cours de goûters organisés par le secours national.

Dans les écoles, les rations de biscuits caséinés sont, affirme-t-on, accueillies avec enthousiasme de la part des maîtres, des parents et des écoliers.

Biscuits caséinés, bonbons et dragées vitaminés

La distribution concerne aussi les apprentis des ateliers âgés de moins de 19 ans et dont les efforts musculaires sont importants. Ils doivent être titulaires d’un contrat d’apprentissage, groupés par 50 au minimum, non titulaires de la carte T(consommateurs de 14 à 70 ans se livrant à des travaux pénibles nécessitant une grande dépense de force musculaire). Pour les effectifs inférieurs à 50, il est procédé à des regroupements. En décembre 1941, le Secours national précise que le contingent disponible ne permet pas d’étendre le bénéfice de la distribution des biscuits caséinés aux employés du commerce et de l’industrie. La chambre des métiers de l’Allier, située 1 bis rue des tanneries, assure la distribution.

L’allocation journalière qui a lieu cinq fois par semaine est de :

6 biscuits pour les apprentis âgés de 14 à 16 ans,

8 biscuits pour les apprentis âgés de 16 à 19 ans.

Les distributions commencent en janvier 1942.

Mais, dès le 1er novembre 1941, grâce à l’intervention du président du syndicat des maîtres-imprimeurs de l’Allier, le Secours national attribue aux apprentis imprimeurs huit biscuits vitaminés « Gondolo », cinq jours par semaine. L’imprimerie du Progrès à Moulins reçoit une caisse de 40 kg. Cette distribution est étendue à toute l’industrie locale.

Le Secours national prévient que si certaines imperfections accidentelles apparaissent les lots de biscuits concernés seront échangés. Mais, des rumeurs alarmantes se répandent rapidement sur la nocivité de ces biscuits que le Secours national combat par la publication d’encarts dans les journaux.

octobre 1942

octobre 1942

Une information sur les dates de distribution paraît régulièrement dans la presse et en rappelle les principes :

« La distribution aux apprentis aura lieu de la lettre A à la lettre L le 12 juillet 1943 de 15h à 18h, et de la lettre M à la lettre Z le jeudi 3 juillet de 15h à 18h. Les bénéficiaires doivent se munir d’un nouveau certificat de travail ainsi que de la carte d’alimentation. S’ils ne se présentent le jour indiqué, ils sont considérés comme refusant leur attribution ».

En octobre 1943, une participation de 0,10 franc par biscuit est demandée aux apprentis volontaires pour que le Secours national puisse maintenir intégralement son effort.

Biscuits caséinés, bonbons et dragées vitaminés
Biscuits caséinés, bonbons et dragées vitaminés

Les bonbons vitaminés, quant à eux, apparaissent à Moulins en janvier 1942. Ils contiennent de la vitamine C et B1. Il s’agit d’un apport destiné à lutter contre les carences de l’alimentation. Deux comprimés à prendre entre les repas sont distribués chaque semaine dans les établissements scolaires aux jeunes de 6 à15 ans. Pour les bébés de 6 mois à 1 an, il est recommandé de dissoudre un demi-comprimé dans un peu de lait.

Les enfants plus jeunes, les futures mamans ou celles qui allaitent reçoivent leur ration des pharmaciens sur production de la carte de vitamines du Secours national délivrée à partir du 6 janvier 1942 au service social de l’Inspection, 2 rue Michel de l’Hospital de 10h 30 à 12h et de 15h 30 à 17h. il faut également présenter sa carte d’alimentation.

Des dragées à base de soja contenant de la poudre d’os purifiée et des vitamines liposolubles naturelles font aussi partie des dotations faites aux femmes enceintes et aux nourrices à l’occasion des goûters des mères chaque lundi, mercredi et vendredi 60 rue de Bourgogne. Elle concerne aussi les adolescents de la catégorie J3 (âgés de 13 à 21 ans) qui ne fréquentent pas d’établissement scolaire. Pour les femmes qui travaillent, une cure hebdomadaire de sept dragées peut être délivrée au Secours national 54 rue de Lyon au prix de 2,50 francs. Les maternités souhaitant bénéficier d’une attribution de dragées sont appelées à se faire connaître auprès du Secours national. Et, les patrons employant des apprentis de la catégorie J3 ont la possibilité, en prenant la moitié des frais à leur charge, de recevoir également des lots de dragées.

Dans son bilan national de l’année 1941, le Secours national a distribué 7 780 tonnes de biscuits caséinés pour un montant de 95 millions de francs. Les chiffres pour Moulins et Yzeure sont de 4 tonnes par mois pour plus de 4 500 enfants âgés de moins de 18 ans et 300 apprentis âgés de 14 à 19 ans munis d’un contrat d’apprentissage.

Pour répondre à cette demande très importante, les biscuiteries Belin, Gondolo, l’Alsacienne et Nantaise se sont mises à fabriquer des biscuits caséinés.

Et, 70 millions de bonbons vitaminés seront donnés pour un coût de 72 millions de francs.

Biscuits caséinés, bonbons et dragées vitaminés

Louis Delallier

Commenter cet article

Patrat 20/08/2014 23:44

Je possède un ticket datant de 1942 ou il est inscrit : "33 tonnes de biscuits caséines aux écoliers" et au dessous : "178.870 comprimés vitaminés aux écoliers" ...savez vous de quoi il s'agit ?

Louis Delallier 25/08/2014 09:30

Difficile à dire sans voir le ticket - Peut-être s'agit-il d'une vente de tickets au profit du Secours national avec rappel des quantités distribuées aux écoliers pour informer les éventuels acheteurs de la bonne action qu'ils feront.