Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le grenier de mon Moulins

Histoire de Moulins (Allier) et anecdotes anciennes

La Goutte de lait à Moulins

Publié le 7 Septembre 2013 par Louisdelallier

La première "Goutte de lait" est créée à Fécamp en 1894 par le Docteur Léon Dufour qui a observé l’alarmant contexte démographique et social et l’importance de la mortalité infantile. Celle-ci est principalement due aux conditions de travail très dures pour les mères et à l’allaitement artificiel, source de contaminations multiples pouvant conduire à des maladies graves, souvent mortelles, comme l’entérite. Léon Dufour encourage l’allaitement maternel et propose du lait de bonne qualité aux mères qui sont dans l’impossibilité de nourrir leur enfant. Il offre également une consultation quotidienne des nourrissons jusqu’à l’âge d’un an. Ce suivi est l’occasion de donner des conseils sur l’hygiène et l’alimentation. Pour les médecins, cela devient un lieu d’observation privilégié de la très petite enfance. A partir de 1896, les tarifs pratiqués sont différents suivant les revenus des familles, idée tout à fait innovante. En 1912, on comptera 200 Gouttes de lait en France et 160 dans le monde.

Henri Jean Jules Geoffroy (1850-1924) : La Goutte de Lait de Belleville. La consultation - 1901 (détail)

Henri Jean Jules Geoffroy (1850-1924) : La Goutte de Lait de Belleville. La consultation - 1901 (détail)

A l’issue de la première guerre mondiale, la Croix-Rouge américaine offre une aide aux populations victimes du conflit et plus particulièrement aux enfants. Une femme médecin de l’Ohio est affectée à Moulins pour y organiser le « bureau des enfants » qui devient, en 1919, la « Goutte de lait et consultation des nourrissons » sous le patronage de l’association moulinoise de la protection de l‘enfance. Cette association, soutenue par la Croix-Rouge française, est présidée par Paul Baër, architecte moulinois. Chaque jour, plus de 400 biberons sont distribués par les sœurs de Saint Vincent de Paul aidées par des élèves de la Croix-Rouge.

Mais, le nombre des consultations grandit au fur et à mesure de la progression de la natalité. La Goutte de lait ne correspond plus aux besoins. Le matériel de stérilisation est usagé et risque de ne plus fonctionner correctement. Les bâtiments sont trop étroits, délabrés, le système de chauffage est rudimentaire.

En décembre 1948, l’association demande à la municipalité de nouveaux locaux comprenant une Goutte de lait et une consultation des nourrissons.

Le conseil municipal, avec à sa tête Maurice Tinland, adopte le projet au début de l’année 1949 et vote les crédits nécessaires pour la partie lui revenant, soit un peu moins d’un million de francs. Le ministère de la Santé publique, les caisses d’allocations familiales et de Sécurité sociale doivent apporter une contribution. L’emplacement de l’ancien hôpital Saint-Joseph à l’angle de la rue Achille-Roche et du boulevard Ledru-Rollin est choisi. On opte pour une construction de style classique qui s’harmonisera avec la bourse du travail et les immeubles voisins. Ces bâtiments n’existent plus depuis la construction de la nouvelle bibliothèque municipale ouverte en 1976.

La Goutte de lait dont l’entrée est rue Achille-Roche comprend une salle d’attente, une laverie pour les biberons, une machine à capsuler (capsules aluminium avec tirette) et un petit bureau. C’est un matériel moderne auquel s’ajoutent deux nouveaux stérilisateurs pour augmenter le rendement et l’efficacité de la structure.

La consultation des nourrissons est un local plus vaste dont la façade principale donne sur le square de la gare routière. Elle est composée d’une grande salle d’attente de 65 m2, d’une douzaine de cabines de déshabillage, d’une salle d’isolement pour les contagieux et d’un bureau pour l’assistante sociale. Un petit jardin adjacent lui est réservé.

On accède à la Goutte de lait par la rue pour faciliter les allées et venues des parents qui souvent ont peu de temps pour retirer les biberons.

La Consultation implique des attentes plus longues. C’est pourquoi son entrée se fait par le jardin public. Un garage pour les voitures d’enfants est aménagé.

La création de la Goutte de lait contribue à la diminution de la mortalité infantile qui est, en mars 1949, descendue à 0,5 pour 100 des nourrissons inscrits.

Louis Delallier

Pour en savoir plus : Le créateur de la Goutte de lait et ses biberons : Les Biberons du Docteur Dufour, Revue d'histoire de la pharmacie, 1997, vol. 85, n° 315, pp. 348-350 à lire sur le site Persée.

Commenter cet article