Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le grenier de mon Moulins

Histoire de Moulins (Allier) et anecdotes anciennes

Le silo de Moulins de 1936 à 1946

Publié le 13 Avril 2013 par Louisdelallier

Les silos, pour la plupart, sont érigés fin 1935. Les paysans ne pouvant plus écouler leurs récoltes abondantes s’associent en coopératives pour faire édifier des entrepôts chargés de collecter les blés afin de libérer leurs greniers.

Le trust de la meunerie qui détient le monopole est d’abord réticent à cette nouvelle organisation qui le gêne pour spéculer.

Et, certains paysans ne comprennent pas tout de suite leurs intérêts. Mais, ils reconnaissent rapidement l’avantage qu’ils peuvent en tirer, comme les meuniers qui se rendent compte que la qualité des blés, ventilés et dépoussiérés leur permettra d’obtenir une farine plus homogène. En effet, à l’intérieur du silo des thermomètres indicateurs préviennent de la chaleur ambiante pour éviter que les blés ne s’échauffent. Au-dessus de 16°, les grains sont reventilés.

Le silo de Moulins est construit en 1936 pour les 22 communes avoisinantes, route de Lyon, après le passage à niveau, à côté de la voie ferrée.

En 1939, il regroupe plus de 9 000 adhérents. La confiance paysanne est gagnée. Les blés ventilés sont emmagasinés dans de vastes cellules ou vases clos où ils sont surveillés attentivement. Deux hommes suffisent pour traiter les plus de 40 000 quintaux de production annuelle qui passent dans le silo moulinois avant d’être acheminée vers la meunerie des environs. L’excédent est livré dans d’autres départements moins producteurs.

D’autres silos fonctionnent à Montluçon, Commentry, Tronget, Magnet, Dompierre, Tréteau, Varennes, Vallon-en-Sully, Taxat-Senat.

En février 1946, la grille d’entrée est rouillée. L’herbe commence à pousser sur la voie ferrée, signe de mort pour les moulins à vent disait Alphonse Daudet. Est-ce vrai pour les silos ? Le gérant est toujours là. Mais, le silo de Moulins qui pourrait contenir 18 000 quintaux est vide, comme beaucoup d’autres.

Cependant, la situation est différente de celle de l’année 1945. Les paysans prisonniers sont rentrés et on peut espérer une reprise de l’activité.

Louis Delallier

Commenter cet article