Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le grenier de mon Moulins

Histoire de Moulins (Allier) et anecdotes anciennes

Jacquemart et sa copie anglaise

Publié le 5 Mai 2014 par Louisdelallier

En haut, Moulins - en bas, Loughborough
En haut, Moulins - en bas, Loughborough

En haut, Moulins - en bas, Loughborough

Peu après la fin de la première guerre, Jacquemart attire l’attention de Sir Walter Tapper (1861-1935), architecte anglais de passage à Moulins. Il cherche à ce moment-là une idée pour le monument aux morts de Loughborough, cité des cloches et des carillons à deux cents kilomètres environ au nord-ouest de Londres.

C’est ainsi qu’à Loughborough se dresse un monument à la mémoire des 480 hommes de la ville morts pendant la première guerre, monument très semblable à notre Jacquemart.

Des différences existent cependant. Des plus évidentes, l’Anglais est isolé dans un parc créé pour lui alors que le Moulinois domine le centre-ville. L’Anglais est construit en briques alors que le Moulinois est en grès de Bourbon et de Coulandon. L’Anglais n’a ni cadran, ni automates pour donner l’heure contrairement à Jacquemart qui est une horloge dont le bourdon de 4 250 kg et deux cloches de 125 et 150 kg égrènent le temps avec l’aide apparente de ses automates.

A Loughborough, un carillon de 47 cloches réalisé par le fondeur John Taylor résonne, conduit par des maîtres-sonneurs. Ce carillon a été fabriqué sur place dans les fonderies de la ville.

L’inauguration du mémorial anglais se déroule le dimanche 22 Juillet 1923 sous la direction de Frank Theodore, évêque de Peterborough, et de Sir William Robertson, Field Marshal qui fut chef de l'état-major impérial britannique de 1916 à 1918. Pour l’évènement le compositeur anglais Sir Edward Elgar compose "Memorial chimes" dont le manuscrit vient d’être retrouvé, en 2012, à Charnwood Borough Council où il avait été remis dans les années 50. La Marche funèbre de Chopin est également jouée ce jour-là.

Louis Delallier

Commenter cet article