Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le grenier de mon Moulins

Histoire de Moulins (Allier) et anecdotes anciennes

Un exceptionnel meeting d’aviation à Moulins en octobre 1912

Publié le 14 Septembre 2016 par Louisdelallier

Un exceptionnel meeting d’aviation à Moulins en octobre 1912

L’hippodrome se prépare à recevoir quatre des meilleurs pilotes du moment qui ont connu un succès sans égal dans plus de 20 villes de Provence, d’Auvergne, du Dauphiné et de Normandie :

Élie Hanouille, 34 ans, chef-pilote d’Issy-les-Moulineaux et son monoplan Blériot

Louis Mouthier, 27 ans, pilote de la région lyonnaise et son monoplan Morane

Émile Duval, 26 ans, et son biplan Caudron bleu

Octave Vergnieault, recordman du vol avec passagers (4) au grand meeting de Champagne et son biplan Goupy-Gnome.

Le comité des fêtes est à l’origine de cette fête exceptionnelle. Robert Camus en est l’organisateur technique. Le programme officiel est vendu 20 centimes. Sa couverture illustrée par Henry Bonnet, l’une des chevilles ouvrières du comité des fêtes, représente Jacquemart accoudé à la balustrade de son clocher en train de regarder voler les trois aéroplanes. Il est recommandé de se méfier des camelots qui vendront des cartes postales promettant la gratuité de l’entrée au meeting ou vendront des insignes au profit des pauvres ou de l’aviation militaire.

On construit quatre hangars à proximité des tribunes où sont remisés, dès le vendredi 4 au soir, trois (Louis Mouthier ayant dû déclarer forfait pour cause de révision de son Morane à Paris) des quatre avions qui constitueront l’attraction unique des trois jours du meeting. Ils sont visibles tous les matins de 9h à midi contre la modique somme de 0,50 franc. Le prix des places va de 3 francs à 1 franc. Il en coûte 1 franc pour garer une voiture ordinaire, 2 francs pour une automobile, 0,50 franc pour une bicyclette. Les voitures de place peuvent stationner à la journée pour 3 francs.

Pour ne pas frustrer les amateurs des environs, la société des chemins de fer économiques fait circuler un train spécial entre Cosne et Moulins (voir horaires en fin d’article).

Les séances de vol ont lieu chaque jour de 14h à 18h. Mais dès le vendredi soir, Vergnault effectue une courte sortie au-dessus de Moulins.

Samedi à 20 heures, la traditionnelle retraite aux flambeaux est une réussite grâce au concours des tambours et des clairons des sapeurs-pompiers, de la Lyre moulinoise et de la fanfare de la garnison. Le cortège part de la place de la bibliothèque (actuelle place Marx-Dormoy), emprunte les rues Voltaire, de Paris, le cours de la préfecture, le cours Choisy, le cours du théâtre, les rues Bréchimbault, Wagram, de Pont, les deux côtés de la place d’Allier, la rue d’Allier pour se rendre à la mairie.

Dimanche après-midi, Duval, Hanouille et Vergnieault produisent des vols planés, des vols en spirale, des vols couplés qui font l’admiration du public dans les tribunes, mais aussi massé sur la route de Montilly d’où l’on a un bon point de vue et dans un champ en contrebas de la commune d’Avermes. Le soleil est de la partie depuis la veille. Les nuits sont froides avec un moins 4 degrés affiché.

La lyre moulinoise accompagne les circonvolutions des pilotes avec entrain.

À 20h 30, place d’Allier et au kiosque de la préfecture, la chorale de Moulins chante avant le bal et les illuminations de la ville.

Le lundi, les spectateurs sont encore très nombreux car les banques, dont le Comptoir national d’escompte, le Crédit lyonnais, la Société générale, la banque Frobert, et la mairie ont fermé leurs portes pour la circonstance et les instituteurs ont amené leurs élèves.

On suit des vols en circuit, en plongée, en huit, avec passagers, des essais de lancement de projectiles. Monsieur Roger trésorier du comité des fêtes a la chance de voler avec Duval ainsi que Paul Maire, aviateur lui-même. Puis le Docteur Clermont, dont c’est le baptême de l’air, prend place aux côtés d’Hanouille qui vient de faire une sortie avec son mécanicien.

A 15h 35 Duval s’envole pour 9 minutes et exécute des virages et un vol plané. Hanouille part à 15h 55 et simule une chute dans la rivière. Malheureusement, celle qu’il fera, le 16 mars 1914, au large de Saint-Sébastien en Espagne n’aura rien d’un jeu, car il y laissera la vie.

On présente les aviateurs au maire de Moulins. Et la démonstration d’adresse aérienne se poursuit. À 16h 30, Vergnieault file vers Avermes, continue vers Montilly pendant 13 minutes. À 16h 45 Duval reprend les airs comme passager avec son mécanicien pour pilote. Les deux hommes passent à grande hauteur au-dessus de la place d’Allier. À 16h 50, Hanouille repart, ce qui permet de voir voler deux avions en même temps. Duval atterrit à 17h et Hanouille à 17h 03.

Le clou du meeting est une sortie simultanée des trois aéroplanes avec un décollage de Duval à 17h 13, de Vergnieault à 17h 14 et de Hanouille à 17h 15 qui s’autorise des fantaisies aériennes.

Le prix du plus haut vol revient à Duval avec 1 025 mètres contre 815 mètres à Hanouille. Le prix du meilleur temps (1 tour de piste) est enlevé par Hanouille (2’10’’ 1/5) pour couvrir 3 km 600, suivi de Vergnieault et de Duval. Le prix des passagers est pour Duval suivi de Hanouille et de Vergnieault. Le total le plus élevé des distances est pour Duval, suivi de Hanouille et de Vergnieault. Et le prix du commerce (virtuosité) est remporté par Hanouille qui précède Duval.

Cosne 11h 15 - Vieure 11h 30 - Buxières 11h 44 - Saint-Hilaire 11h 58 - Saint-Aubin 12h - Beaudière 12h 19 - Bourbon 12h 29 - Agonges 12h 40 - Saint-Menoux 12h 52 - Marigny 13h 04 - Coulandon 13h 08 - Patry 13h 17 - La Madeleine 13h 28 - Moulins 13h 34

Moulins 21h 30 - La Madeleine 21h 41 - Patry 21h 49 - Coulandon 22h 01 - Marigny 22h 06 - Saint-Menoux 22h 20 - Agonges 22h 31 -Bourbon 22h 48 - Beaudière 22h 55 - Saint-Aubin 23h 10 - Saint-Hilaire 23h 20 - Buxières 23h 36 - Vieure 23h 53 - Cosne 0h 05

Louis Delallier

Commenter cet article