Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le grenier de mon Moulins

Histoire de Moulins (Allier) et anecdotes anciennes

En 1938, déjà, la SNCF « optimise » son réseau - la suppression du transport des voyageurs sur la ligne La Ferté/Gannat suscite quelques réactions

Publié le 18 Octobre 2015 par Louisdelallier

Tracé de la ligne La Ferté/Gannat

Tracé de la ligne La Ferté/Gannat

Contexte

En 1938 et 1939, le transport des voyageurs est fermé sur environ 10 000 km de lignes ferroviaires considérées comme non rentables. L’économie estimée serait de 300 millions de francs. Le ministre des travaux publics, pour remédier aux réticences des conseils généraux face à ces fermetures annoncées dans les plans départementaux de transports de voyageurs, a prévu des incitations financières. Les conseils généraux qui auront présenté « un plan de coordination satisfaisant » avant le 1er juillet 1938 recevront 150 000 francs. Tout retard diminuera la somme de moitié. D’autres versements comme celui de la taxe sur les transports routiers interviendront.

Dans six départements dont l’Allier, les comités techniques départementaux des transports proposent un plan partiel en « réservant » les problèmes non résolus afin de se conformer à l’échéance du 1er juillet 1938. Ce plan est voté par le conseil général avec des modifications visant à reporter les fermetures de lignes aux voyageurs en recourant à la mise en service d’autorails. Ces atermoiements ne changent rien. Le ministre des travaux publics refuse. Le préfet de l’Allier, pour mettre un terme à l’indignation du conseil général, fait procéder à une enquête auprès des usagers qui se disent satisfaits et le plan est appliqué.

La Ferté-Hauterive/Gannat

Par conséquent, Anatole de Monzie, ministre des travaux publics, qui succède à Ludovic Oscar Frossard le 23 août 1938, décide, le 28 octobre 1938, la suppression du service de voyageurs sur la ligne entre La Ferté-Hauterive et Gannat. À partir du 7 novembre 1938, des autobus remplaceront le train. La société des transports Citroën d’Auvergne et du Bourbonnais obtient le marché.

L’offre faite aux voyageurs est la suivante :

-Un aller-retour Gannat-Moulins via Le Mayet-d’École, Saint-Pourçain, Châtel-de-Neuvre, la Ferté-Hauterive.

-Quatre allers-retours Clermont-Moulins dont deux par Riom, Aigueperse, Gannat, Escurolles, Saint-Pourçain-sur-Sioule, Châtel-de-Neuvre, Chemilly et un par Riom, Aigueperse, Le Mayet-d’École, Saint-Pourçain-sur-Sioule, Châtel-de-Neuvre, La Ferté-Hauterive.

Les autocars transporteront aussi les colis express et le courrier.

La presse s’offusque. Cette ligne (la dernière ouverte par la compagnie du PLM avant la création de la SNCF en 1938), attendue pendant 25 ans et mise en service seulement six ans auparavant, aura coûté des millions au contribuable et des dizaines de milliers de francs aux communes. Elle devait apporter la prospérité et la vie dans la vallée de la Sioule. On rappelle qu’au début de son exploitation 6 trains de voyageurs y roulaient, puis qu’on a supprimé ceux de midi, puis qu’on a songé à n’utiliser qu’une seule voie et exécuté des travaux coûteux. On s’inquiète d’une fermeture complète de la ligne. Le journaliste ne manque pas de relever les retards dans l’arrivée du courrier. L’acheminement des colis express obligatoire par Moulins ou Gannat, par car, est redevable d’une taxe supplémentaire de 2 francs au minimum. Le courrier du soir confié au car de 18h 21 qui ne passe qu’à 18h 30 ou 40 en gare du PLM est placé sur la banquette arrière du véhicule à portée de main des voyageurs. Et, les voyageurs ne sont assurés de la correspondance aux trains partant de Moulins ou de Gannat qu’à la condition de prendre le car précédent.

Depuis juin 2010, les rails qui restent encore en place sur cette ligne servent à se déplacer en vélo-rail depuis l'ancienne gare du Mayet-d’École jusqu’au pont des Paraudes sur la Sioule, 8 km plus loin.

Louis Delallier

Commenter cet article